.

La « pharma » s’intéresse de plus en plus au cannabis

La « pharma » s’intéresse de plus en plus au cannabis

Kahna Queen févr. 5, 2019 News 0commentaires

Nous apprenions, la semaine passée, sur le site www.swissinfo.ch, que le groupe Novartis s’est allié, via un accord-cadre mondial de 5ans, avec la société canadienne Tilray, spécialisée dans la production de cannabis médical. Celle-ci est déjà une entreprise cotée en bourse, développant ses activités sur plusieurs pays, mais elle bénéficiera, désormais, du support d’un mastodonte de la pharmaceutique.

Nous pouvons déjà tirer quelques observations concernant cette nouvelle. Premièrement, le cannabis est clairement en voie de réhabilitation. Son image ne semble plus être un facteur répulsif pour les grandes entreprises et celles-ci n’hésitent plus à investir massivement pour développer des produits liés au cannabis. Ceci est valable non seulement dans la pharmaceutique, mais dans de nombreux domaines d’activités, comme l’agro-alimentaire, par exemple. Ensuite, les vertus du cannabis sont de plus en plus reconnues et appréciées. En effet, plus le tabou semble tomber, plus on s’intéresse aux vertus de cette plante. Et, elle sont bien réelles! Chez Kahna Queen, nous confirmons recevoir un nombre croissant de témoignages positifs, quant aux qualités médicinales et curatives des produits à base de CBD. D’ailleurs, c’est surtout chez les aînés que nous observons un intérêt grandissant. Pour finir, on ne va pas se mentir, les « géants » sont également attirés par la manne financière potentielle que représente un tel marché. D’une part, en tant que « petit chanvrier », nous pouvons craindre que l’arrivée de groupes aussi puissants ne bouleverse complètement le marché. D’autre part, nous ne pouvons que nous réjouir du fait que le cannabis devienne totalement « mainstream » et plus soumis à une diabolisation constante. C’est plutôt positif, au fond!  

Nous sommes d’avis, chez Kahna Queen, qu’il y a « de la place pour tout le monde ». Effectivement, nous nous trouvons dans un marché en pleine expansion et qui ne se situe qu’à ses prémisses au niveau de sa globalisation. Ainsi, il ne se passe pas un jour sans qu’un pays n’annonce son désir de légaliser l’herbe pour des motifs thérapeutiques. Les dimensions sont nouvelles et il est naturel que des groupes plus solides financièrement prennent le relai. Il est aussi évident que le petit détaillant sera également toujours nécessaire dans sa proximité et sa faculté à prodiguer des conseils personnalisés. Après une phase « anarchique », les choses semblent se structurer et l’industrie se rationalise, au fil du temps. Ce qui nous paraît profitable au consommateur, en fin de compte.

L’appui des grands groupes pharmaceutiques peut aussi permettre de faire évoluer plus rapidement les choses concernant le THC, car cette molécule les intéresse également. Pour le moment, en Suisse, le spray oral « Sativex », fabriqué par l’entreprise anglaise GW Pharma, est le seul produit contenant plus d’un 1% de THC autorisé sur le territoire. Pour tous les autres remèdes, les patients doivent demander une autorisation exceptionnelle, qui ne semble plus être si exceptionnelle que cela, puisque le Conseil fédéral songe à supprimer cette contrainte. Du côté des assurances, celles-ci ne remboursent pas les traitements à base de cannabis, s’appuyant sur le fait que les études scientifiques sont encore insuffisantes pour prouver l’efficacités des dits traitements. Mais avec l’arrivée des géants de la pharma, soyons-en sûrs, ces lacunes seront vite comblées et le cannabis disposera d’un sérieux levier pour être, enfin, pleinement accepté.           

Laissez votre avis

*
**Non publié
* url avec http://
*